histoire d'Agrigento. La période grecqueAgrigento greca

La période grecque à Agrigente. L' histoire d' Akragas. Apoikia et polis

 

"0 toi ! la plus belle des cités qu'ait jamais construites la main des mortels, demeure riante de Proserpine, Agrigente, qui t'élèves comme une colonne sur les bords fertiles de l'Acragas..."

 

 

La naissance de la apoikia akragantine conclue le vaste mouvement migratoire de la Grèce vers l'occident, commencé au VIII° siècle av. J.C. avec l'arrivée des colons eubei à Naxos. Selon la tradition historiographique la ville fut fondée, aux environs de 582 av. J.C., par un groupe de colons Gélois (auquel s'étaient unis des colons provenant de la métropole Rhode), guidée par les fondateurs Ariston et Pistilo.

Le choix du lieu, long l'antique parcours mycénien vers le Nord de l'Afrique et l'occident, il fut déterminé, probablement, par le vouloir des Rhodiens et des Crétois de ne pas être exclus des trafics mercantiles dans cette zone de la Méditerranée. Mais aussi, de leur connaissance du territoire agrigentin, fruit de précédentes fréquentations desquelles en sont le témoignage les faits de Dédale et Minosse en Sicile et les récentes retrouvailles archéologiques. Le choix du moment historique, par contre, semble dicté par la tentative de contraster l'expansion vers orient des Mégariens de Sélinonte.

L'heureuse position géographique, la fertilité de l'hinterland qui permettait de produire en abondance céréales, vin, huile d'olive et la nature des collines du territoire qui permettait l'élevage des moutons et des chevaux favorisèrent l'extraordinaire développement et la croissance économique de la polis akragantine. En moins de deux siècles de la fondation, Akragas devint une des villes les plus peuplées du monde grec et un des centres propulseurs de la culture Hellénique dans la Méditerranée. L'histoire de Agrigente grecque est en dehors de l'ordinaire: comme, justement, a observé Lorenzo Braccesi, la ville brûle rapidement expériences, faits et modèles qui " ailleurs s'élaborent et se développent au cours de plusieurs générations ".

Voici les principaux évènements qui se succèdent de la fondation au pillage carthaginois en 406 av. J.C. ·

La tyranide de Phalaris, (de 571 à 556 av. J.C.)- célèbre pour sa cruauté et pour le taureau de bronze, qui lui servait à torturer ses ennemis- rappelé par Dante dans sa Commedia, auteur d'une politique expansionniste à l'égard des populations sicanes de l'hinterland et de la même métropole Gela; ·

La tyranide de Theron (488- 472 av. J.C.)- descendant de l'illustre famille des Emmenidi et deux fois vainqueur avec le char à Olympie- qui, en signe d'une continuité avec la politique expansionniste de Phalaris, porte les limites de la polis jusqu'aux côtes tyrrhéniennes de la Sicile avec la prise de Himère en 480 et la victoire contre l'armée carthaginoise de Amilcar; avec lui commence la période de pouvoir de la ville et sont lancées les grandes œuvres publiques. ·

Le régime démocratique (471- 406 av. J.C.) de la période de Empédocle, intelligence aristocratique mais esprit démocratique qui refusa le poste de tyran qui lui fut offert par ses concitoyens. C'est la période de la Eudaimonia ou prospérité économique, assurée par les rapports avec Carthage, où ont vécu Gellia, Esseneto et Anthistène.

La période de la décadence vers la fin du V° siècle, marqué par la rivalité avec Syracuse, qui se termina en 406 av. J.C. avec la prise de la ville par les Carthaginois, guidés par Hannibal, après l'avoir assiéger pendant 8 mois. Les habitants se réfugièrent à Gela et, après la tombée de celle-ci à Leontinoi. A la suite du traité signé entre les Carthaginois et Dionysos de Syracuse, Akragas et Gela tournèrent à être habités mais non fortifiés et étaient tributaires de Carthage.

La victoire du condottiere corinthien Timoléon sur les carthaginois au Crimiso, en 339, reporta la ville sicilienne sous l'influence syracusaine et marqua une période de renaissance et de développement pour la culture hellénique en Sicile. Akragas fut refondée avec des nouveaux colons provenant de Velia guidés par les fondateurs Megillo et Feristo.

La période de paix ne dura pas longtemps: à la prise de pouvoir de Agatocle à Syracuse (311 av. J.C.). Agrigente reprit sa politique anti- syracusaine et, profitant de l'absence du tyran occupé par sa campagne militaire dans le nord de l'Afrique, fonda une ligue de villes grecques qui fut deux fois vaincue par les Syracusains. Tomba ensuite dans les mains de Finzia, dont la Tyrannie qui dura 10 ans de 289 à 270 av. J.C. fut caractérisée par la destruction de la mère patrie Gela par les Mamertins. Les habitants furent transportés par Finzia dans une nouvelle ville, près de l'actuelle Licata, appelée Finziade en honneur du tyran.

Après Finzia, Agrigente s'aligna avec Pirro, roi de l'Epire et, durant la première guerre punique (264), avec les carthaginois. Elle fut disputée par Carthaginois et Romains jusqu'à la tombée définitive qui fut l'œuvre du Consul Levinius en 210 av. J.C.